Das Rheingold à l’Opéra de Montréal

L’oeuvre de Wagner, source d’inspiration du Seigneur des anneaux

Das Rheingold à l’Opéra de Montréal - L’oeuvre de Wagner, source d’inspiration du Seigneur des anneaux

Saviez-vous que Das Rheingold, oeuvre magistrale de Wagner, était la source d’inspiration de la célèbre trilogie Le Seigneur des anneaux?

- - -

Das Rheingold que l’on peut traduire par L’or du Rhin, est le premier volet de la tétralogie créée par le compositeur allemand Richard Wagner. L’histoire fantastique raconte un monde détruit par l’appétit du gain et l’esprit de domination des peuples qui l’habitent...

 

Le nain Alberich, rejeté et humilié par les envoûtantes nymphes du Rhin, dérobe leur or pour s’en forger un anneau qui lui donnera le pouvoir du monde s’il renonce à l’amour. Le pouvoir de l’anneau lui permet d’exercer l’esclavage du peuple souterrain des Nibelungen, qui amasse pour lui toujours plus de richesses. Pendant ce temps, Wotan, le maître des dieux, ne veut pas payer le prix promis aux géants qui ont construits le luxueux palais qui assoit sa suprématie. Il décide alors de voler l’anneau et l’or d’Alberich pour payer les géants, mais Alberich maudit l’anneau et tous ceux qui le posséderont. 

 

Une histoire vieille comme l’humanité, d’avidité et de soif de pouvoir! C’est ce que présente l’Opéra de Montréal en novembre - les 10, 13, 15 et 17 -  en continuité de sa saison grandiose. Il y a plus de vingt ans que l’oeuvre n’avait pas été présentée à Montréal!

Opéra de Montréal - Das Rheingold de Richard Wagner

L’ambitieuse production Das Rheingold réunit 115 artistes, chanteurs et figurants, qui transportent le spectateur dans un univers fantastique empreint de puissance. Selon Patrick Corrigan, directeur général de l’Opéra de Montréal, « Les voix pouvant chanter Wagner sont très rares, car elles possèdent une puissance dramatique singulière [...] ». Il est donc très fier d’avoir réuni plusieurs des meilleures voix wagnériennes internationales et canadiennes dans cette production. La mise en scène et scénographie est signée Brian Staufenbiel et a d’ailleurs été saluée « à tous les points de vue » lors de sa première au Minnesota Opera (BachTrack). Finalement, l’Orchestre métropolitain, augmenté à 81 musiciens, y est dirigé par Michael Christie, l’un des chefs américains les plus en vue du moment.

Assez inhabituel pour l’opéra, l’orchestre se trouve ici sur scène, plutôt que dans la fosse. La fosse fait ainsi partie de l’aire de jeu des interprètes et le décor impressionnant, avec une passerelle surélevée, laisse place à 3 niveaux d’actions. La production use aussi de moyens technologiques pour différentes projections, donnant à la fois un effet moderne et cinématographique au cadre classique de l’opéra.